Portrait posthume des Echappées Belles

"A la base, nous voulions organiser un festival pour permettre aux alençonnais qui ne partaient pas en vacances d'assister à des spectacles en ville" rappelle l'adjoint à la culture, Dominique Artois. 

Le festival va renaître de ses cendres.

Parti en fumée subitement, le festival "Les échappées belles" aurait pu être relégué à la rubrique nécrologie lorsque la presse a annoncé sa fin. Déjà les réseaux sociaux alimentaient le bûcher avant que ne soit confirmé par la mairie que le festival ne sera pas reconduit cette année.

Surprise générale !

 

Mais aussitôt disparue, l'âme du festival s'apprête à se réincarner dans une nouvelle formule. 

Le nom du futur bébé n'est pas encore choisi, mais le compte-à-rebours a déjà commencé. Temps de gestation : 6 mois. Ca va faire un peu court pour préparer comme il le faudrait l'arrivée du nouveau-né.

 

Le mode de fonctionnement sera différent : la mairie souhaite garder le contrôle de sa commande et mettre en avant les acteurs locaux de la culture. En d'autres termes, une carte blanche sera donnée à ceux qui voudront répondre à cet appel d'offres. 

C'est de ce bouleversement inopiné que serait né le désaccord entre la mairie et la Scène nationale 61, auparavant, seule maîtresse de l'organisation des événements. 18 années de festivités au grand plaisir des spectateurs habitués. "C'était l'occasion pour nous de voir des compagnies de théâtre de tous horizons envahir nos rues" déclare François, un Alençonnais de souche, comme il se présente lui-même. "Désormais, ça ne m'intéresse pas d'assister à des spectacles de compagnies locales que je pourrais avoir l'occasion de voir le reste de l'année."

 

La directrice de la Scène nationale 61, Régine Montoya déplore que la décision de la mairie n'ait pas été annoncée plus tôt. En effet, pas moins de vingt-et-une compagnies se sont vues décommandées.

La décision est née des Assises de la culture

Ce changement d'orientation pour les animations culturelles estivales semble néanmoins avoir été conceptualisé lors des Assises de la culture. Durant ce temps de réflexion qui réunissait les acteurs culturels alençonnais, la volonté d'instaurer un temps fort culturel durant l'été avec des professionnels locaux du spectacle s'est fait entendre.

 

C'est en conséquence que la mairie manifeste désormais son désir de travailler avec le tissu associatif d'Alençon, "cette nouvelle génération qui fait foisonner la vie culturelle locale". 

Show must go on

Le principe reste le même :

- les spectacles s'échappent des théâtres pour s'installer à ciel ouvert et investir les rues, cours, parcs, jardins d'Alençon.

- les dates restent identiques : la deuxième quinzaine de juillet. 

 

Petit changement de taille, cependant, la subvention de financement passe à 100.000 euros, soit une baisse de 25% par rapport à l'année dernière... 

Écrire commentaire

Commentaires: 0